Où se trouvent les personnes sans domicile lorsqu’elles sont malades (comme une forte fièvre)?

Eh bien John j’ai été malade quand je n’avais pas de maison et croyez que c’était une expérience inconfortable d’être malade sans commodités comme un congélateur, une cuisinière ou un micro-ondes, eau courante chaude et froide, et surtout une toilette et un lit. Le repos était si nécessaire, mais c’était le moindre des problèmes que j’avais. Vous voyez où je vis, il y a une loi à l’échelle du comté qui interdit de dormir dans votre véhicule. C’était l’hiver, mon copain et moi devions nous dépêcher de prendre l’argent du gaz pour conduire et chauffer pendant presque 3 jours et nuits. Il était épuisé quand je me sentais mieux.

J’étais malade une fois dans les rues aussi. La première nuit j’ai été capable de louer une chambre de motel avec un ami, mais pas d’aspirine ou Vicks Vapor frotter c’était génial. Chaleur, eau, une toilette un lit, diable ya.

Jour deux? A 15h j’ai décidé de me rendre chez le médecin, il a fermé à 6h mais je suis arrivé quelques minutes après 17h30, absence d’appel au refuge, et garantie d’une nuit de misère.

Donc, à travers la météo, je suis allé à la clinique après les heures. Ils m’ont dit d’aller à l’hôpital pour que je puisse recevoir de meilleurs soins. J’avais de la fièvre et les médicaments pouvaient être prescrits et obtenus. Ils ont eu la gentillesse d’offrir un billet de bus pour ce que j’ai accepté avec plaisir. La nuit 2 à 21h30 j’ai attrapé le bus de ladt à l’hôpital où j’ai dormi entre se déplaçant pour les essais qui m’ont été donnés.

À 5 heures du matin, j’ai été libéré, médicaments en main à 14 degrés de temps. Frissonnant, malade d’une infection des voies urinaires et d’une grippe, on m’a dit de quitter la propriété de l’hôpital ou la police serait appelée à me laisser flâner par un gros gardien de sécurité qui venait de me voir sortir de l’urgence. encore jusqu’à 7h du matin. J’ai marché pour rester au chaud.

À sept heures, j’ai encore attrapé le bus, et le conducteur m’a laissé faire deux fois le trajet avant qu’il ne me réveille et me dise d’aller de l’avant. De là, je suis allé à la «garderie» pour les sans-abri. Je pose ma tête sur la table, frissonnant de sueurs et de tousser jusqu’à ce que la mission s’aligne sur les lits à 16h30.

Heureusement, j’ai eu un lit et j’ai dormi à partir de 17h30 jusqu’à l’expulsion. Kickout à la mission des sans-abri est à 06h30 et se produit tous les jours de la semaine à tout le monde malade, ou en bonne santé.

Le reste de la journée a été passé entre le bus, le tramway et la bibliothèque. Aucune d’entre elles ne permet de dormir. Je suppose que j’aurais pu dormir sous un buisson ou sur un banc sous un journal, mais j’évite de faire ça à tout prix, et je me sentais un peu mieux de toute façon.

Votre gorge est sèche, irritée et douloureuse, vous n’avez pas de congélateur, pas de glace. Pas d’argent pour acheter une tasse de glace de Mickey D pour l’apaiser et pas d’eau chaude ou de poêle pour faire n’importe quelle sorte de liquide pour aider votre gorge irritée. Personne ne va offrir une tasse de soupe au poulet, pas même du thé chaud, beaucoup moins de jus d’orange ou même de l’eau glacée.

Votre gorge est irritée par la toux sans fin. Ton nez est bourré. Maman a dit de mettre une serviette sur votre tête au-dessus d’un bol d’eau bouillante chaude et chaude pour laisser la vapeur relâcher le mucus. N’arrive pas. Pas de bol, pas de moyen de chauffer l’eau que vous n’avez pas, et de transporter quelque chose de supplémentaire comme une serviette est trop, surtout en ce moment est tout simplement ridicule.

Votre tête souffre de la toux et le nez bouché. Tout est douloureux. Tout votre corps est secoué de frissons, brûlant de chaleur, trempé de sueur. Vous ne pouvez pas vous calmer et vous ne pouvez pas vous réchauffer.

Vous ne pouvez pas faire une pause quand vous êtes sans abri, malade ou pas, les gens ne semblent plus s’en soucier.

Il n’y a pas de place dans la journée pour se reposer. Les siestes ne sont pas permises à l’intérieur quand vous êtes sans abri. Vous pouvez vous glisser sous un pont pour dormir, vous allonger sur un banc de parc ou sous un buisson si vous ne pouvez vraiment pas continuer. Mais généralement, il vous sera demandé de passer par la sécurité ou la police. Lorsque les entreprises se ferment, leurs portes sont souvent un abri contre la pluie, et beaucoup y dorment tous les soirs sur du carton, recouvert de papier journal pour résister au froid de la nuit.

Il craint d’être sans-abri et suce trois mille fois plus si tu deviens malade.

Ici au Canada, ils peuvent se rendre à l’hôpital le plus proche en cas d’urgence, et ils seront soignés.

J’avais des voyageurs qui avaient de graves problèmes de santé chroniques, aggravés par le manque de nutrition, la déshydratation et une mauvaise hygiène. Diabète, problèmes dentaires

Certains n’avaient pas mangé depuis des jours et étaient hypoglycémiques … faibles, tremblants et généralement de mauvaise humeur, mentalement.

Aussi deux qui étaient mal équipés pour la férocité des hivers ici dans les prairies, et presque gelé à mort sur le côté de la route essayant de faire de l’auto-stop à la sécurité pendant une tempête de neige. L’un avait une très forte fièvre et l’autre avait glacé certains de ses orteils. Ce n’était pas joli.

Je travaillais dans une partie de Londres où des organisations caritatives travaillent avec des sans-abri et j’en ai vu beaucoup. Plus souvent que je ne me souviens, je verrais un corps allongé sur le trottoir ou dans le caniveau avec deux policiers présents.

Ils attendaient qu’une ambulance emmène le corps. Je ne sais pas combien étaient juste malades et combien étaient morts mais en tout cas ils ne bougeaient pas.

Si je suis vivant, je suppose qu’ils pourraient se considérer chanceux qu’au Royaume-Uni, ils seraient transportés à l’hôpital gratuitement.

Bien sûr, s’ils étaient capables de marcher, ils pourraient toujours se rendre eux-mêmes à l’hôpital.

En dehors de cela, ils ont un choix très limité d’installations. Il y avait l’auberge de l’Armée du Salut mais je crois que c’était sursouscrite.

Dans les portes (lieux fermés des affaires), ou si assez malade … la salle d’urgence.

Abris, auberges, salles d’urgence des hôpitaux ou centres de promenade, maisons d’amis, églises, mosquées, temples, etc.